Artists Catalog Vinyl Contact Etc  
Sticks and Stones
ImproJazz review

Matana Roberts est une jeune saxophoniste afro-américaine, pour dire ce qui est. Ou bien Matana Roberts est une aube de réglisse dans un ciel d'amadou, ce qui est également vrai... Tout ce que vous voudrez, pourvu que l'on entende ce qui est joué d'abord, en l'associant par ailleurs à cette féminité qui lui va à ravir, et qui va au trio. Josh Abrams, Chad Taylor et la saxophoniste se sont rencontrés il y a quelques années au cours des jam-sessions du Velvet Lounge de Fred Anderson, à Chicago, avant que la saxophoniste et le batteur n'aillent s'installer à New York. La musique de Sticks and Stones jamais ne culmine, elle frôle et frise ses limites, fait sentir ses antipodes qu'elle trouve plus intéressant de ne pas franchir - mais de ne surtout pas ignorer non plus, et peut-être même d'inverser. Elle laisse libre cours à son imagination, à sa légèreté et à ses finesses, plutôt que de céder aux sommations du jusqu'auboutisme. Voilà peut-être toute la délicatesse de ce trio. Les buissons de myrtilles qu'agite l'alto laissent tomber leurs fruits acides dans la corbeille des rythmes: la tressage des cymbales cillées et des peaux haletantes leur fait le meilleur accueil, et la contrebasse moelleuse à souhait prévient toutes les curiosités. Sur la marelle du disque, de composition en composition comme de case en case, la résine des mélodies s'écoule résolument et s'enroule sur elle-même au pied de l'arbre de la musique. La vie lui revient toujours de cette liberté fondamentalement non-violente, qui fut dès le départ celle d'un autre altiste ultrasensible: Ornette Coleman.

Alexandre Pierrepont

Back to Sticks and Stones album page.
Copyright © 2017 482 Music